Le 2 février, l’Eglise célèbre la Présentation de Jésus au Temple. C’est ce jour que l’Eglise a choisi pour fêter la vie consacrée. Comme Jésus est présenté au temple et offert à Dieu, le jour de notre baptême nous sommes présentés à l’Eglise et offert à Dieu. C’est là que la Vie religieuse prend son origine. C’est le jour où nous fêtons le don des personnes : hommes et femmes, qui ont entendu l’appel du Christ à le suivre pour toujours, de manière radicale selon les conseils évangéliques.

Sur le pôle paroissial ND des Pauvres/St-Benoît trois communautés : celle des Frères des Ecoles Chrétiennes, celle des Sœurs de Saint Joseph de l’Apparition, celle des Petites Soeurs de l’Assomption, sont présentes. Au cœur de l’Eglise, parmi les habitants d’Issy, souvent plus largement elles cherchent à vivre l’Evangile selon l’appel du Christ : « si tu veux être parfait : va, vends ce que tu as, donne-le aux pauvres. Puis viens et suis-moi ».

Réunies en communautés fraternelles, nous apprenons les unes par les autres à vivre cet appel et à y répondre. Chaque jour nous tentons d’ajuster notre réponse, dans la prière, le partage de l’Evangile, le don concret de nos vies au service de tous et de manière privilégiée aux plus démunis, en lien étroit avec ceux qui, sur le terrain, sont aussi présents et actifs.

En cette fête du 2 février, nous sommes tous invités au cœur de ce monde où nous vivons, à renouveler l’engagement de notre baptême, en lien avec l’Eglise locale, afin que demain l’Eglise soit signe de la Bonne Nouvelle : celle de la présence du Dieu de Jésus-Christ et de son Amour infini pour tous, au cœur du monde. Soyons ces témoins passionnés qui vivent leur baptême au service du Christ vivant, chacun selon la diversité de l’appel qu’il a reçu. Ayons l’audace de rejoindre les jeunes et de les entraîner à écouter et entendre l’appel du Christ, à lui répondre avec joie et générosité.

Reprenons la lecture de Saint Paul aux Corinthiens de ce dimanche :
« J’aurais beau parler toutes les langues des hommes et des anges,
si je n’ai pas la Charité, je ne suis rien… s’il me manque l’Amour, cela ne me sert à rien ».

Ce qui demeure… c’est la Foi,
l’Espérance et la Charité mais la plus grande de toutes, c’est la Charité !

Les Petites Soeurs de l’Assomption